Fiction et réalité dans Pays sans chapeau de Dany Laferrière : entre autobiographie, autofiction et au-delà

En architecte, le narrateur monte en épingle l’histoire d’ici et d’ailleurs : après vingt années passées à Montréal, il fait un rebond chez lui, à Port-au-Prince (cfr Pays sans chapeau). À première vue, Haïti demeure le même ; c’est le statu quo que le narrateur observe : l’odeur du café est la même...

Full description

Published in: Literator Vol. 37; no. 1; pp. 1 - 6
Main Authors: Mukenge, Arthur, Kayembe, Emmanuel
Format: Journal Article
Language: English
French
Published: AOSIS 01-01-2016
Online Access: Get full text
Summary: En architecte, le narrateur monte en épingle l’histoire d’ici et d’ailleurs : après vingt années passées à Montréal, il fait un rebond chez lui, à Port-au-Prince (cfr Pays sans chapeau). À première vue, Haïti demeure le même ; c’est le statu quo que le narrateur observe : l’odeur du café est la même, la pauvreté aussi crue que violente affecte la population, les amis du narrateur sont restés fidèles à leur jeunesse. Par la même occasion, le roman relance le débat sur la pertinence de la migration, qui, du coup, semble moins centrée à une ère où l’imaginaire se situe au-delà des pays « réel » et « imaginaire » ; cette dichotomie donne une vraie valeur intrinsèque à Pays sans chapeau et démontre, de ce fait, la belle forme technique et esthétique du roman. Ainsi, nous allons chercher à démontrer comment Pays sans chapeau constitue un corpus stratégique qui se situe entre l’autobiographie, l’autofiction au delà …Fiction and reality in Pays sans chapeau (A country without a hat) by Dany Laferrière: Between autobiography autofiction and beyond. Pays sans chapeau (a country without hat) is one of the novels written by Dany Laferrière and published in 2007. This book deals with the return of the narrator, Vieux Os, to Port-au-Prince after many decades spent abroad in exile. It is also based on the painting or description of the Haitian society in which the narrator is horrified by the sheer number of the dead people or ghosts walking around together with the living in the streets of the city. He realises that the city of Port-au-Prince is overcrowded, yet he cannot distinguish the living from the dead amongst the bodies. The article aims to research the perpetual problem of the relationship between reality and fiction in autobiographical texts. An attempt will be made to determine to which category the novel Pays sans chapeau belongs. Consequently, it also analyses the dichotomy between the fictional and the real. This article will take as its theoretical point of departure Philppe Lejeune and Isabelle Grell’s definitions of autobiography and Jenny Laurent’s definition of autofiction. 
ISSN: 0258-2279
2219-8237
DOI: 10.4102/lit.v37i1.1290